Littérature

Jean-Pierre Milovanoff, auteur contemporainJean-Pierre Milovanoff, auteur contemporainJeudi 25 mars, l'écrivain Jean-Pierre Milovanoff donnait à l’Université d’Avignon une lecture poétique. Avignon Étudiants était là et l’a rencontré pour vous ! Récit d'une rencontre qui place les mots au centre de toutes les attentions.

Écrire pour « combattre la violence de la banalité »

Jean-Pierre Milovanoff écrit aussi bien pour les grands que pour les petits, de la prose, de la poésie et du théâtre. Mais ces distinctions n’ont pas vraiment d’importance puisque pour lui, la poésie n’est pas que rimes et pieds, c’est aussi Molière et Chateaubriand. Depuis son adolescence, écrire le démange. Il faut dresser les mots pour leur faire dire quelque chose et leur faire raconter l’histoire autrement.

Articles - Littérature

L'herbe du diable et la petite fuméeL'herbe du diable et la petite fumée

On a décidé d’attaquer l’année avec L'herbe du diable et la petite fumée du mystérieux Carlos Castaneda, anthropologue et écrivain latino-américain.

 

Témoignage de la rencontre entre un anthropologue et un sorcier yaqui qui apparaît ici sous les traits du mythique personnage de Don Juan, L’herbe du diable et la petite fumée, publié en 1968, est le premier ouvrage d’une longue série. Castaneda y raconte les enseignements chamaniques qu’il a suivi auprès de ce sorcier et ses expériences dues à la consommation de plantes hallucinogènes comme le fameux peyotl, ce cactus mexicain dont on extrait la mescaline. On retiendra de ce récit la scène où le jeune homme vole tel un corbeau :

 

‒ Ai-je vraiment volé Don Juan ?
‒ C'est bien ce que vous m'avez dit n'est-ce pas ?
‒ Je le sais, Don Juan. Mais ce que je veux dire, est-ce que mon corps a volé ? Ai-je quitté la terre comme un oiseau ?
‒ Vous posez tout le temps des questions auxquelles je ne peux répondre. Vous avez volé. C'est à cela que sert la seconde portion de l'herbe du diable. Plus vous en prendrez, mieux vous apprendrez à voler. Mais ce n'est pas si simple. Certes, un homme vole grâce à la seconde portion de l'herbe du diable. Je ne peux vous en dire plus. Ce que vous demandez n'a aucun sens. Les oiseaux volent à la manière des oiseaux et un homme qui a pris de l'herbe du diable vole comme un homme qui a pris de l'herbe du diable.

 

Articles - Littérature

Guide des rebelles à  ne pas oublierGuide des rebelles à ne pas oublier

Les rebelles de notre monde, les insoumis et les révolutionnaires. Hommes et femmes politiques, de lettres, de sciences : Spartacus, Toussaint Louverture, Thomas Sankara, Leon Trotski, Louise Michel, Arthur Rimbaud et tant d'autres encore, sont désormais réunis dans cette Encyclopédie des rebelles insoumis et autres révolutionnaires.

Comment Che Guevara et Isaac Newton en sont-ils arrivés à révolutionner le monde ? Quels idéaux animaient ces figures qui n'avaient pas toujours raison ? Anne Blanchard, Francis Mizio et Serge Bloch répondent à ces questions en racontant ces destins singuliers.

Articles - Littérature

© Éditions çà et là© Éditions çà et làLe 17 mars 2010 débarquait dans nos librairies un bien étrange 'manuel', co-écrit par le suédois Henrik Lange au dessin et l'américain Thomas Wengelewski au texte. Il s'agit du premier tome d'une bien étrange série, nommé 90 livres cultes à l'usage des personnes pressées, qui nous propose un tour du monde de ce que l'on devrait connaître de l'univers littéraire... résumé en trois cases de bande dessinée seulement ! Pari audacieux pour les deux compères qui remettent le couvert avec 90 films cultes à l'usage des personnes pressées, paru en France le 15 octobre dernier.

Habillé par un dessin sobre, tout de noir et blanc, le texte clairement abrasif épluche les trames narratives des romans et des films, principalement extraits de la culture américaine et européenne, pour en donner un ultra-résumé, des trois faits les plus marquants, tout en glissant une ou deux blagues d'un humour des plus décapants. La lecture de ses ouvrages est rendue dynamique par des adresses fréquentes aux lecteurs et s'allonge d'histoires souvent contées à la manière de fables conclues à l'aide de morales bidons.

À l'heure de l'avènement de l'effet « zapette », Henrik Lange et Thomas Wengelewski ont trouvé leur fin filon. Mais, il ne faut pas s'y méprendre, car la lecture de quelques pages suffisent à constater qu'en réalité, ces 'manuels' ne sont pas destinés aux personnes pressées et incultes, sinon aux personnes concernées par les œuvres, susceptibles de comprendre toutes les références à leur contexte, glissées doucement ça et là. Juste deux illustrations, représentatives de l'esprit général des 'manuels'. À la page de L'Étranger (1942) d'Albert Camus, on nous renvoie au « tube des Cure » sans plus d'explications. C'est alors qu'il faut bien connaître la discographie du groupe The Cure pour percuter, ah mais oui bien sûr 'Killing An Arab' ! Pour Citzen Kane (1941), d'Orson Welles, il est nécessaire d'avoir en tête la controverse autour de William Randolph Hearst pour saisir la petite joute finale. Pas toujours évident de comprendre toutes ces références, le plus souvent ancrées dans la culture exclusivement américaine.

Et puis, entre nous, je défie quiconque de se la péter en société après la lecture de ces 'manuels', tant la visée humoristique prend le pas sur le contenu informatif. Par exemple, le film Le Voleur de Bicyclette (1948), de Vittorio de Sica, chef d'œuvre absolu du néoréalisme italien, est présenté ainsi : « Bicyclette + Voleur = film existentiel européen. La prochaine fois, pensez au cadenas ». C'est à hurler de rire, évidemment, mais ça ne nous apprend pas grand chose du synopsis (mais c'est drôle).


Et de l'humour, il y en a. Et à tire larigot, même. Henrik Lange et Thomas Wengelewski décrivent eux-mêmes, au détour d'une case, leur premier opus comme un livre « comique [qui] ne vous fera aucun mal ». Le recours à l'ironie et au cynisme est quasi-systématique, ce qui permet de désacraliser les chefs d'œuvre mis sur un piédestal ou de se moquer gaiement d'œuvres les plus populaires. Eh oui, « culte » ne signifie exclusivement acclamé par la critique élitiste, et les auteurs ont eu l'intelligence de prendre aussi en compte les succès commerciaux des dernières décennies. De ce fait, tout est mis sur le même plan, et ce mélange qualitatif se prête inévitablement à des situations cocasses. C'est ainsi qu'entre le colossal Crime et Châtiment (1866) de Fedor Dostoïevski et l'incontournable Des souris et des hommes (1937) de John Steinbeck, on retrouve tout penaud, le Da Vinci Code (2003) de Dan Brown. On regrettera par ailleurs un classement alphabétique des œuvres présentées, alors qu'un classement chronologique aurait sans doute été plus judicieux.

Articles - Littérature

Première de couverturePassionné de sport comme vous avez certainement pu le voir à travers mes articles, je suis également un très grand consommateur de bandes dessinées ! J'ai envie à travers cet article de vous faire partager mon dernier coup de coeur, la série De Cape et de Crocs. Je l'ai découverte en feuilletant les différentes bandes dessinées de la charmante petite boutique "La Licorne", spécialisée dans la vente de BD, ce petit coin de paradis se trouve à deux pas de la Rue de la République, pour être plus précis rue des Fourbisseurs. Sous les précieux conseils du propriétaire des lieux, j'ai donc acheté le tome 1, je n'étais pas vraiment convaincu mais après tout pourquoi pas... 

Arrivé chez moi, impatient de découvrir cette nouvelle saga qui allait rejoindre les nombreuses séries qui composaient ma bibliothèque, je me lance sans attendre dans la lecture du premier épisode : 1. Le Secret du Janissaire.

Une couverture mystérieuse laissant entrevoir les visages d'un loup et d'un renard cachés derrière leurs capes, sabre à la main, dans la nuit, j'ouvre la BD et commence ma lecture. Au fil des pages, je me suis laissé emporter dans cet univers fantastique, mystérieux, énigmatique de cette histoire mêlant poésie, aventure, amour... Un mélange de récit d'aventure, de romance, de fable, de farce... tout cela réuni dans une seule et même série vous plongeant ainsi dans un monde complètement fou avec des animaux qui marchent sur deux pattes, qui parlent, qui manient mieux l'épée que d'Artagnan, qui vivent parmi les hommes dans une vieille Europe du XIIème siècle. 

Articles - Littérature

Vous cherchez quelque chose ?

Dîtes-le avec un j'aime !