Théâtre

 Yourik Golovine, directeur artistique du théâtre, présentera son Shadowrama avec Ioulia Plotnikova Yourik Golovine, directeur artistique du théâtre, présentera son Shadowrama avec Ioulia Plotnikova Alfred Capus disait : « Les danses modernes ? Ce n’est plus de la danse, c’est de la décadence. » 

Si vous vous foutez  de l’avis de ce vieil aigri qui est mort en 1922, ramenez vous au Golovine pour le festival.

Du 6 au 28 juillet des danseurs de hip-hop, des comédiens chinois, du tango et des danses indiennes se succéderont sur scène avec des chorégraphies innovantes, des scénographies inventives, des projection et tutti quanti. 

Le directeur, qui présentera lui aussi un spectacle intitulé Shadowrama  a affirmé sa volonté de mettre à l’honneur pour  l’événement les compagnies et artistes qui participent à la diversité de la programmation tout au long de l’année.  Chine, Inde, Afrique, Poitou Charentes, le Golovine fait place à tous les exotismes.

Articles - Théâtre

Myriam Boyer, alias FréhelMyriam Boyer, alias FréhelLa Riviera, c’est le lieu dont rêve Fréhel dans ses derniers jours. Pourquoi ? Parce que c’est l’endroit où Maurice Chevalier doit l’amener afin qu’ils puissent vivre un amour passionné. Et passionnée elle l’est. Elle songe chaque nuit à ce compagnon perdu, aux moments de bonheur passés, quand elle était encore la Pervenche aux yeux émeraudes chantant devant un public plus que conquis. Entre souvenirs et rêves éveillés, Fréhel livre à Paulette, sa jeune voisine, ses dernières heures…

Gérard Gélas le dit, Fréhel est « l’âme de la chanson réaliste ». C’est avec une mise en scène sobre et bien pensée que son personnage évolue sous nos yeux durant une heure et demie environ. Un décor simple qui suffit largement à poser l’action tant le jeu de Myriam Boyer nous transporte. Avec son franc parlé et ses petits bouts de chanson, l’actrice nous désarme. Le public rit de ses répliques cinglantes : « Quand je ferme les paupières, j'suis pas sûre que le lendemain matin je ferai l’ouverture ». Une histoire triste mais adaptée avec tendresse, qui nous montre un temps bien loin de notre génération et nous aide à mieux connaître cette chanteuse exceptionnelle.

Théâtre du chêne noir, vendredi 9 et samedi 10 novembre à 20h, dimanche 11 novembre à 16h.

Réservations au 04 90 86 74 87 et site du théâtre ici 

Tarif étudiants : 12€, Tarif général : 35€

Articles - Théâtre

La Célébrité mise en piècesLa Célébrité mise en piècesAprès "Bienvenue sur Happy TV" en 2011, La Compagnie Semioprod revient pour un deuxième volet : "La célébrité mise en pièces".

Virginie Spies, auteur et metteur en pièces de cette comédie joue le Professeur Connu, fondatrice de la célébritologie, discipline basée sur les travaux d’Edgar Morin et les aventures de Britney Spears. Un rôle inspiré de la réalité pour cette sémiologue qui décrypte et décortique les médias à l'Université, sur son Semioblog et à la radio.

Votre rôle de spectateur ? Etre un étudiant. Mais cette fois-ci, votre seul devoir est celui de vous divertir. Devant vos yeux, des fans hystériques, des rockers plus ou moins corrompus, Marilyn, Ben Laden, des starlettes et des "vrais gens"… d'une scène à l'autre, le rire nous fait réfléchir sur la notoriété comme sur l’anonymat de chacun. Qui n'a jamais rêvé d'être sous les projecteurs pour une vie de célébrité ou un quart d'heure de gloire ?

Et pour servir cette création, vous aurez droit à un casting dans lequel chacun est star dans son domaine : Stéphanie Barquet, Adrian Emeric, Guillaume Hidrot, Baptiste Rol, Françoise Kmiec, Ludivine Neveu, Jasmine Bourkiza, François Theurel, Virginie Spies, Tabatha Spies-Fouchard.

Deux dates pour découvrir la pièce : samedi 26 mai à 20h30 et dimanche 27 mai à 16h30 au Théâtre du Bourg-Neuf.

Exclu backstage : dans une des scènes de ce deuxième volet vous découvrirez un aperçu du troisième épisode de la saga semiocélébritophile, en cours d'écriture et prévu pour l'année 2013.

 

La Compagnie SemioprodLa Compagnie Semioprod

Articles - Théâtre

colloque du OFFcolloque du OFFLe OFF se définie comme une dynamique d’utilité publique et en ce sens, Avignon Festival & Compagnies organise le 12 avril prochain, une journée de réflexion et de concertation, autour des 5 grands domaines d’action du Festival. 

 

En 2011, le OFF c’était…

1143 spectacles venus de 26 régions de France et de 20 pays étrangers.

969 compagnies comptant 7000 membres d’équipes artistiques.

1 million d’entrées.

 

Un Festival qui reste donc attractif, implosif et subversif et qui, cette année, est reconnu officiellement par le Ministre de la culture Frédéric Mittérand qui l’honorera de sa présence lors de son ouverture. Les aspirations plus ou moins conscientes des avignonnais seront donc prises en compte à travers une journée axée sur cinq grand axes.

 

Le OFF comme premier marché du spectacle vivant en France : cet atelier s’adresse plus particulièrement aux professionnels de la presse et de la diffusion, aux programmateurs et à nos partenaires étrangers.

Le OFF et le dialogue des territoires : cet atelier s’adresse aux représentants de l’Etat, aux responsables culturels des différents échelons territoriaux, aux partenaires étrangers du OFF, aux réseaux de presse régionaux, ainsi qu’à l’ensemble des scènes et compagnies du territoire français et de notre festival.

Le OFF comme opérateur de démocratisation culturelle : cet atelier s’adresse aux artistes, aux médias classiques et aux nouveaux médias, aux responsables des relations publiques, aux associations d’éducation populaire, aux responsables de billetterie et d’accueil du public.

Le OFF comme incubateur artistique : cet atelier s’adresse aux jeunes artistes et compagnies, aux acteurs culturels territoriaux, aux structures publiques ayant vocation à conseiller ou à accompagner la jeune création, aux structures et aux salles ayant pour objectif la création émergente (scènes spécialisées aux réseaux comme les Petites

Le OFF et les initiatives pour une production alternative : cet atelier s’adresse aux compagnies, aux représentants de l’Etat, aux responsables culturels des différents échelons territoriaux, aux structures privées ayant vocation à accompagner la jeune création et aux entrepreneurs de la diffusion.


Radio Campus Avignon
avait notamment suivi l'Edition 2011 avec attention. Retrouvez les articles ici.

Articles - Théâtre

La Fabrica - Vue aérienne (cliquez pour agrandir)La Fabrica - Vue aérienne (cliquez pour agrandir)

Le jeudi 23 février, le Festival d'Avignon associé à la Mairie d'Avignon, au Département de Vaucluse, à la Région PACA et au Ministère de la Culture et de la Communication, a présenté ce que sera prochainement le lieu de résidence et de répétition pour les artistes du Festival d'Avignon : La Fabrica. Aujourd'hui, les artistes qui se produisent dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes n'ont aucun lieu à Avignon pour préparer et répéter leurs spectacles du fait de l'immensité de la cour et c'est ce qui motive le Festival d'Avignon à la construction de ce lieu. La Fabrica sera donc composée de trois éléments : des studios de 18m² agencés autour d'un patio pour les artistes, un espace technique de 200m² et enfin un grand bâtiment aux dimensions du plateau de la Cour d'Honneur, soit de 38,2 mètres par 23,4 mètres. Le projet architectural a été conçu par Maria Godlewska, ingénieur architecte de l'Ecole polytechnique de Varsovie. La Fabrica sera construite à l'angle de l'avenue Eisenhower et de la rue Paul Achard, en face du Gymnase Paul Giéra, à 900 mètres des remparts. 

À cette occasion, nous avons interviewé les différentes personnalités qui étaient présentes :

Hortense Archambault codirectrice du Festival d'Avignon.

Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication.

Marie-Josée Roig, Députée-Maire d'Avignon.

La Fabrica vu d'en face (cliquez pour agrandir)La Fabrica vu d'en face (cliquez pour agrandir)

Articles - Théâtre

Plus d'articles...

Page 1 sur 2

Début
Précédent
1

Vous cherchez quelque chose ?

Dîtes-le avec un j'aime !